Fondation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) le 1er janvier 2021

C’est le 1er janvier 2021 que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) a été mise en place pour les pays ayant ratifié l’accord. Cette mise en place était initialement prévue pour le 1er juillet 2020, mais elle a été retardée à cause de la pandémie de Covid-19.

Une assemblée générale qui a rassemblé à Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, la majorité des chefs d’états et de gouvernements africains.

La zone de libre-échange continentale africaine, est un projet de zone de libre-échange en cours de création sur l’ensemble du continent africain. Elle doit regrouper la zone tripartite de libre-échange, qui doit inclure le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) et la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), avec d’autre part la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union du Maghreb arabe et la Communauté des États sahélo-sahariens. L’objectif du projet est d’intégrer à terme l’ensemble des 55 États de l’Union Africaine (UA) au sein de la zone de libre-échange.

L’accord prévoit une suppression des droits de douane pour 90 % des lignes tarifaires sur 5 ans pour les pays les plus développés et sur 10 ans pour les pays les moins développés. Les droits de douane devront être supprimés à une échéance ultérieure pour 7 % des lignes tarifaires.

Selon plusieurs économistes, l’Afrique devrait être soutenue et applaudie pour avoir choisi la collaboration quand le reste du monde choisit l’isolationnisme, car l’accord est vital pour la croissance et la création d’emplois sur le continent.

La décision de lancer le projet de zone de libre-échange continentale est prise en janvier 2012, lors de la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine. L’objectif fixé pour créer cette zone de libre-échange est fixé pour l’année 2017. Le processus de négociation est lancé en juin 2015 à Johannesbourg lors de la 25e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine. Lors de cette session, les objectifs, les principes, la feuille de route pour créer la zone sont fixés.

En février 2016, le premier forum de négociation de la zone de libre-échange continentale a lieu à Addis-Abeba en Éthiopie. Le même mois, une réunion se tient à Abidjan pour préparer ce forum, regroupant, en plus des communautés régionales listées ci-dessus, des membres des Nations unies, de l’Union africaine, de la Banque africaine de développement et des membres de la société civile.

En mai 2016, le deuxième forum de négociation de la zone de libre-échange continentale se tient à Addis-Abeba. Il vise à définir les contours de la zone, le tout en collaboration avec les Nations unies et l’Union africaine. En octobre 2016, le troisième forum de négociation de la zone de libre-échange continentale a lieu à Addis-Abeba. Le 21 mars 2018, 44 pays sont signataires lors d’un sommet à Kigali. Quelques autres pays qui ont des réserves ne rejoignent pas le projet, tels que le Nigeria, le Burundi, l’Érythrée, la Namibie et la Sierra Leone.

Fin décembre, il ne restait que la ratification de 7 États sur les 22 nécessaires pour sa mise en place. Le 29 avril 2019, le seuil des 22 États est atteint avec la ratification du Sahara occidental et de la Sierra Leone. Le 7 juillet 2019, le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, et le président du Bénin, Patrice Talon, signent l’accord de libre-échange lors d’un sommet de l’Union africaine à Niamey, au Niger, portant à 54 le nombre des pays signataires. L’Érythrée devient le seul pays africain à n’avoir pas rejoint la zone. Le 15 décembre 2019, l’Algérie approuve la ratification de l’accord de libre-échange.

Le 10 février 2020, en fin de journée, après plusieurs jours de débat, le Sud-Africain Wamkele Keabetswe Mene est élu Secrétaire général de la zone de libre-échange continentale africaine. Le 11 novembre 2020, le Nigeria approuve la ratification de l’accord de libre-échange. Le 30 novembre 2020, la Tunisie et le Lesotho le signent à leur tour; le lendemain, le Cameroun approuve la ratification à son tour. Le Maroc a engagé un processus législatif en 2019 pour permettre la ratification de l’accord; le 6 décembre 2020, la ratification n’était pas encore intervenue. En août 2020, le secrétariat de la zone de libre-échange est inauguré à Accra au Ghana.