Qu’est-ce que Congo-Brazzaville Information ?

Le journal Congo-Brazzaville Information (CBI) que nous publions expose les points essentiels d’un certain nombre événements présentés sous la forme d’articles relatifs à une période donnée pour introduire des fréquences différentes, encore inconnues en République du Congo. Il ne décrit pas forcement le développement personnel de l’être humain mais démontre un état d’esprit et une volonté de promouvoir la modernisation du secteur de la presse en République du Congo. Ainsi, les lecteurs découvriront et se prononceront sur le véritable contenu du journal Congo-Brazzaville Information. Pour le Congo, justement, un programme national de développement de tous les secteurs de la communication est élaboré par le Gouvernement, un document approuvé par le Ministre de la communication et le président du conseil supérieur de liberté de la communication (CSLC). 

La naissance de Congo-Brazzaville Information constitue, sans  contester, une innovation majeure de ces dernières années. Elles provoquent déjà de profondes améliorations dans les sociétés, les cultures et accélèrent le processus de modernisation. A se limiter qu’aux seuls journaux, la réalité que recouvre leur irruption dans les économies développées est celle d’une mutation socioéconomique, politique et culturelle. Congo-Brazzaville Information tend à redéfinir les rôles de l’information, de sa circulation et de son exploitation au sein des différentes structures et organisationnelle de la société. 

En Afrique, notamment lors de la dernière décennie au Congo-Brazzaville, les journaux ont connu une croissance considérable. L’engouement du  Gouvernement congolais pour la presse est réel. La progression des lecteurs  et des abonnés est impressionnante.  

En République du Congo, Congo-Brazzaville Information affectera l’ensemble des activités journalistiques en redéfinissant les notions d’espaces et de temps et en tendant à transformer les manières  de produire, d’échange, de communiquer et d’apprendre. L’idée d’un libéralisme et d’une privatisation nécessaire du secteur de la presse s’impose très rapidement. On va y affirmer que, pour que les journaux puissent servir le développement, il faut créer un environnement favorable au marché dans lequel la responsabilité première  en matière d’investissement et de fourniture de services appartient au secteur privé.  

Enfin,  l’achat et la lecture de Congo-Brazzaville Information suppose de savoir lire et écrire et de disposer de compétences élémentaires en informatique afin de visiter le site internet du journal.  

De nos jours, les journaux sont présentés comme le nouveau  levier du développement démocratique des pays africains. La faible mobilité  des journaux et l’absence ou l’inefficacité des capacités technologiques des pays africains les empêchent de participer activement à leur développement. De même, la rapidité du rythme de publication rend encore plus improbable une réduction de la fracture. 

Pour l’Afrique, les besoins et les priorités de base des populations sont connus : santé alimentaire, éducation, etc. Les journaux ne peuvent, en aucun cas, constituer une priorité en soi.  Elles ne peuvent remplacer les  politiques de l’éducation, de la santé ou de l’administration. Cependant, l’intégration d’une forte politique démocratique permettrait  d’en faciliter et d’en accélérer la production t d’en améliorer les résultats. L’accès à l’informatique par le moyen de la téléphonie  cellulaire et de lus en plus grâce au réseau internet permet d’affaiblir  la position des producteurs locaux sur les différents marchés.  De même, le développement des  cybercafés et autres boutiques  de télé services, pourrait constituer un obstacle.  Avec la réduction du coût induite par la baisse des coûts des services de communication, nous assisterons à la dynamisation des activités journalistiques.

Dans certains pays africains, ces activités ont permis la création d’emplois aux jeunes diplômés peu intéressé ou alors, exclus du marché de travail local. L’arrivée d’une nouvelle politique du Gouvernement traduit par  la volonté du Chef de l’Etat, Denis Sassou N’guesso, d’arrimer le Congo à la modernité afin que les journaux soient  accessibles à tous. Et, avec l’atterrage de la fibre optique, le projet de couverture national en télécommunication a fait grand bond en ce qu’il marque  une étape cruciale dans le processus de connexion du Congo aux autoroutes de l’information et de la communication. 

C-B Information est  fondée en 2018 par Lassy Mbouity. Il se met au numérique en lançant le site  www.congobrazzavilleinformation.com, site qui dispose aujourd’hui de son propre service de rédaction afin de suivre l’actualité au plus prés. Chaque jour, le site propose une couverture de l’actualité congolaise, africaine et internationale. La rédaction, basée au Congo-Brazzaville compte plusieurs correspondants permanents ainsi que de nombreux collaborateurs. Congo-Brazzaville Information est accessible sur  les mobiles, tablettes et ordinateurs dans plusieurs pays du monde.