L’économie et la politique en République du Congo

Depuis que le Congo existe, autrement dit depuis que le Kongo est Congo, les relations qui existent entre l’économie et la politique ont toujours suscité plusieurs questionnements dans les milieux populaires. Dans ce beau pays, particulièrement depuis l’indépendance du 15 août 1960, les congolais n’ont pas adopté le mauvais comportement de mettre leurs yeux dans les affaires d’autrui (autrement dit Songui-Songui), c’est-à-dire de contrôler la richesse des hommes politiques. Voilà pourquoi, pour éviter les problèmes, je préfère fermer ma bouche ici: parce qu’il faut bien que je m’occupe de mes propres affaires SVP…

C’est encore pour la première fois dans l’histoire du Congo que le journal Congo-Brazzaville Information a décidé d’informer les congolais et le monde entier, en faisant un rapport entre les hommes politiques et leurs fortunes. Cependant, avant de commencer notre aventure que vous continuerez dans les prochaines pages du journal, j’ai l’honneur de faire dans cet éditorial, un petit rappel sur l’histoire économique et politique de la République du Congo.
Tout le monde est bien au courant que le Congo-Brazzaville est l’un des pays les plus riches du monde grâce à toutes les ressources naturelles que Dieu a planté sur cette terre. Le Congo, est un pays d’Afrique centrale, situé de part et d’autre de l’équateur. Ses voisins sont le Gabon à l’ouest, le Cameroun au nord-ouest, la République centrafricaine au nord, la République démocratique du Congo à l’est, et le Cabinda (Angola) au sud-ouest. 
Sur le plan politique, la République du Congo est une république multipartite à régime présidentiel qui a obtenu son indépendance de la France, le 15 août 1960. Le président était à la fois chef de l’État et chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est aux mains du gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et les deux chambres du Parlement : l’Assemblée nationale et le Sénat. De 1970 à 1992, le pays, appelé officiellement République Populaire du Congo, était gouverné selon un système de parti unique. Après l’adoption d’une nouvelle constitution en 1992 et jusqu’à la guerre civile de 1997, le système gouvernemental du pays était similaire au système français.
Ayant pris le pouvoir en 1997, Denis Sassou- N’Guesso suspendit la constitution de 1992. En 2002 est adopté une nouvelle constitution supprimant le poste de Premier ministre, renforçant les pouvoirs du président de la République. Le président est élu pour un mandat de 7 ans renouvelable une seule fois. La même année a lieu l’élection du président de la République : Denis Sassou-N’Guesso est reconduit à ce poste.

Le septennat du Président Denis Sassou- N’Guesso de 2002 à 2009 est marqué par le retour à la paix et la stabilité. En 2009, Denis Sassou-N’Guesso est de nouveau réélu président du Congo, avec 78,61 % des voix à l’issue du vote du 12 juillet. Le 25 octobre 2015, une nouvelle constitution est adoptée par référendum. Elle entre en vigueur le 6 novembre 2015, après sa promulgation par Denis- Sassou N’Guesso. Le 20 mars 2016, il est réélu dès le premier tour de l’élection présidentielle avec 60,07 % des voix, score validé par la Cour Constitutionnelle le 4 avril. Fin décembre 2019, Denis Sassou N’Guesso est à nouveau désigné candidat de son parti, le PCT, à la présidentielle du 21 mars 2021.
Sur le plan économique, le Congo est un pays en développement, avec comme principaux partenaires la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. L’économie congolaise repose principalement sur l’exploitation des hydrocarbures le long de la côte Atlantique ; cette activité représente environ 80 % des exportations du pays. La production est de l’ordre de plusieurs milliers de barils par jour, dont la plus grande partie est assurée par les sociétés Total, en partenariat avec la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC). L’exploration et la production pétrolières, concentrées dans la périphérie de Pointe-Noire, en font la capitale économique de la République du Congo. Le bois représente une part importante des exportations du Congo, dont la surface est couverte de forêts à près de 60 %, pour un total de vingt-et-un millions d’hectares. On peut distinguer deux grandes zones d’exploitation forestière, l’une dans le Sud du pays et l’autre au Nord. La plus grande partie de la production agricole (manioc, fruits et légumes) est consommée localement. L’activité industrielle, peu développée, repose sur la production de biens principalement destinés à la consommation locale : cigarettes, ciment, textile, savon, boissons alcoolisées, chaussures, etc. L’exploitation minière est un domaine peu développé et moin réglementé au Congo. Plusieurs projets d’exploitation minière sont en cours pour les prochaines années.